Mardi 25 d’un mois d’hiver de l’an de grâce 1996

Un avion s’écrase en pleine taïga… Un seul survivant. Il fait trop trop froid, donc du coup, c’est galère, et puis à un moment, il commence à avoir faim… Alors là, le mec, il réfléchit pas deux secondes v’voyez, le gars il a un blouson sur lui, et bien entendu, il adore ça. Ni une ni deux, le pov’type dévore son blouson.
Il mourra de froid vers 23-23h30.

Mais bon, il s’est quand même bien régalé le con.

Dans une crêperie

A : Qu’est-ce qu’il lui fallait?

B : Une crêpe au blouson s’il vous plaît.

A : On ne fait pas de ça ici monsieur.

B : Vous avez des crêpes? Vous avez du blouson? Et ben vous prenez une crêpe et vous mettez du blouson dessus !

A : N’insistez pas monsieur…

B : C’est insensé ! Je me plaindrai.

Au restaurant

Le serveur : Messieurs dames, puis-je vous proposer un café et un dessert ?

Lui : Non merci, je suis repu.

Elle : Je prendrais bien un dessert, quelle est la spécialité de la maison ?

Le serveur : Si je puis me permettre, notre chef pâtissier prépare d’excellentes îles blousons.

Elle : Va pour une île blouson alors.

Lui : Quelle gourmande !

A la cafeteria

A : Salut, ça va ?

B : Ouais et toi ?

A : Pas mal pas mal, dis-moi, qu’est ce que tu manges ?

B : Un sandwich au blouson, tu veux un croc ?

A : Ah non, merci bien, le blouson ça me fait péter.

B : Mince.

Dans une boulangerie

A : Bonjour madame.

B : Bonjour monsieur, un sandwich au blouson comme d’habitude ?

A : Non…j’ai envie de changer aujourd’hui… je vais…attendez voir, qu’est ce que vous avez…voila, je vais prendre un croque manteau…avec un coca.

B : D’accord monsieur, je vous le fais chauffer ?

A : Non merci, mais si vous pouviez m’en mettre un avec un bon morceau de capuche……voilà, merci beaucoup, au revoir.